Toiture magazine n°15

12,00

Sommaire

RÉALISATIONS
Lunel, l’étanchéité entre dans l’arène
Art et Mansart sur l’Aar

ACTUALITÉ
Vie des entreprises, prévention, patrimoine, concours…

PUBLICATION
L’isolation des toitures-terrasses de A à Z

NÉGOCES
Asturienne mise sur le service au client

FOCUS SOLUTION
La maintenance de toiture

CONCOURS
Les tuiles Aléonard au sommet

CHANTIER
L’isolation fait la pente

SALON
Patrimoine culturel : engouement confirmé

PRODUITS ET MATÉRIAUX

Edito

Loto du patrimoine, épisode 3.

Alors que le Loto dédié et les jeux à gratter imaginés par Stéphane Bern et déployés lors des Journées du patrimoine pour sauver le patrimoine de nos régions se sont soldés par un franc succès, une ombre est rapidement venue ternir ce beau tableau : l’annonce par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, que les 14 millions d’euros de recettes fiscales générées tomberaient dans l’escarcelle du budget de l’État. Une taxe « inattendue », alors que l’opération était censée n’arroser que le patrimoine. De quoi faire monter au créneau les défenseurs des vieilles pierres, Stéphane Bern en tête. À raison, car compte tenu de la taille et du prix de chaque ticket (15 euros), participer au Loto traduit un réel engagement à devenir mécène du patrimoine, et non à renflouer les caisses de l’État ! Et « monsieur Patrimoine » ne s’est pas laissé « berner » : il a tout de suite demandé au gouvernement que cette « goutte d’eau […] qui représente tant pour le patrimoine […] soit destiné[e] à sauver le patrimoine en péril qui, de toute façon, est à la charge de l’État ». Après quelques jours d’échanges sur Twitter (et probablement en coulisses, Stéphane Bern ayant accès à des oreilles encore plus haut placées), son obstination a payé : si les taxes réglementaires n’ont pas bougé (pouvaitil en être autrement… ?), une enveloppe supplémentaire de 21 millions d’euros a été débloquée par le gouvernement pour la Fondation du patrimoine. Soit un total de 41 millions qui serviront à restaurer nos édifices classés, et ainsi à donner du travail à nos entreprises. Quelques semaines plus tard, un amendement au projet de budget pour 2019 a été adopté par le Sénat, exonérant le Loto du patrimoine des taxes habituellement prélevées par l’État sur les jeux et loteries de la Française des jeux. Une véritable saga, puisque ces taxes ont été rétablies peu de temps après par l’Assemblée nationale… Alors merci Stéphane Bern, mais vivement l’année prochaine pour un nouvel épisode !

Brice-Alexandre Roboam