Toiture magazine n°13

12,00

Sommaire

ACTUALITÉ

Vie des entreprises, aménagement, concours, patrimoine…

 

CHANTIERS

Centre culturel en zinc majeur

Du photovoltaïque vers l’Esp’ACE

 

NÉGOCE

Avec Asturienne, la distribution a de l’ambition

 

VÉGÉTALISATION

Des toitures en harmonie avec leur environnement

 

CONCOURS

Terreal a décerné ses trophées Terroirs

 

FIXATION

Fischer, à la pêche à l’innovation

Réflexion pour réfection de toiture séculaire

 

PRODUITS ET MATÉRIAUX

Fixations

Outillage

Edito

Le patrimoine au grattage

Voici la nouvelle idée du gouvernement pour sauver le « patrimoine en péril » : un tirage spécial du Loto sera organisé le 14 septembre prochain, à l’occasion des traditionnelles Journées du patrimoine. Le dividende revenant à l’État, environ 25 % des sommes misées, sera directement reversé dans un fonds géré par la Fondation du patrimoine. En parallèle, La Française des jeux lancera un nouveau jeu de grattage au prix unitaire de 15 euros ; pour faire vibrer la fibre locale, les tickets seront régionalisés, imprimés à l’effigie d’un monument à restaurer emblématique de la région. Quatorze édifices auront été préalablement choisis par un comité de sélection présidé par le « monsieur Patrimoine » de l’administration Macron, Stéphane Bern. Le cumul des recettes estimées avoisinerait les 20 millions d’euros. Une somme plus que bienvenue, pour peu qu’elle s’additionne aux dépenses initiales de l’État. Néanmoins, avec un quart des monuments protégés en mauvais état, dont plus de 2 000, publics ou privés, jugés « en péril », il faudra réunir beaucoup plus… Si l’idée peut prêter à sourire, elle met en lumière un triste constat : la raréfaction de l’argent public. Pourtant, à la rentrée 2017, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, annonçait un budget « préservé et conforté » de 10 milliards d’euros pour 2018, parmi lesquels 326 millions de crédits dédiés aux monuments historiques. Le Loto vient ajouter une pierre à l’édifice des modes de financement de la culture. Souscription populaire, mécénat, et maintenant jeux de grattage… tous les moyens sont bons pour susciter l’adhésion des Français. En d’autres termes, l’État entend surfer sur le succès des Journée du patrimoine, via une initiative à mi-chemin entre la kermesse locale et l’opération Pièces jaunes : en plus de reverser ses propres gains, il incite le grand public à donner pour une noble cause, avec possibilité de récompense. En cette Année européenne du patrimoine culturel, espérons que monsieur et madame Tout-le-Monde répondront présent, permettant ainsi de pérenniser cette initiative… dans l’espoir d‘empocher le million !

Brice-Alexandre Roboam