L’agenceur n°48

12,00

Sommaire

ACTUALITÉ

  • L’Ameublement Français change de tête
  •  Une journée très inspirante signée Pfleiderer
  • Swiss Krono, trente ans d’innovation
  • Pour Porcelanosa, la France reste prioritaire
  • Mieux vivre au quotidien avec Habitat Connect
  • Les artisans de l’Est à la conquête de Paris

 

DOSSIER

L’HÔTEL POUR TOUS

  • Les nouveaux leviers du secteur
  • Deux girafes prennent la Bastille
  • Respecter l’esprit du lieu
  • Chambres avec vue sur le Mont-Blanc

 

PROFESSION

  • Investir pour renaître

 

BUREAUX ET TERTIAIRE

  • Nouveaux horizons pour
  • Vallon Faure – Global
  • Concept

 

ÉQUIPEMENT ET POSE

  • Le numérique au service de la création

 

DISTRIBUTION, COLLECTIONS ET MATÉRIAUX

  • L’unité par le sol
  • Du bambou au menu de l’aquarium
  • Quoi de neuf côté revêtements de sol ?

 

AGENDA

Recycler, une responsabilité citoyenne

Un si petit monde

Le voyage n’est plus un luxe. Les prix des transports baissent, les distances deviennent plus faciles à parcourir. Nos envies de découvrir de nouvelles contrées s’accroissent en même temps que notre accès aux images et à l’information. Nous concevons le monde tel qu’il est : grand et divers. Ce qui, paradoxalement, le rend petit, et surtout accessible. Internet nous sert d’assistant. Nous n’avons plus peur de nous perdre ou de ne pas comprendre. En un sens, nous avons aboli les frontières. Cette petite révolution a des conséquences dans le monde de l’agencement. Aéroports, gares, aires d’autoroute doivent se transformer pour accueillir un nombre toujours plus important de voyageurs, tout au long de l’année. Les matériaux doivent être résistants, les meubles, modulaires. Les aires consacrées à l’attente nécessitent toujours plus d’agrandissements, de connexions et de branchements, car nous n’attendons plus de la même façon qu’au XXe siècle. La démocratisation du voyage entraîne également un grand changement dans le monde de l’hôtellerie et de la restauration, qui cherche à élargir sa clientèle. Les établissements diversifient leur offre, repensent leurs décors et multiplient les activités, décloisonnent les espaces pour mieux les amortir. Des opérations qu’ils renouvellent quelques années plus tard. En un mot, ils facilitent la vie du voyageur. Car celui-ci peut désormais se tourner, en cas d’insatisfaction, vers une offre alternative non professionnelle.

Alice Heras

Rédactrice en chef