L’agenceur n°46

12,00

Sommaire

ACTUALITÉ

  • Regards sur le bureau
  • Pibois réfléchit au devenir de l’agencement
  • Une filière en mouvement
  • Produits : les nouveautés du Carrefour international du bois

 

DOSSIER

DISTRIBUTION, LE MAILLON FORT

  •  Carrésol fait la part belle au parquet
  • Interface se réinvente dans le VIIIe
  • Dica, des décors exclusifs
  • Gedimat-Gedibois fête un double anniversaire
  • Bricoman passe pro
  • Nouvel implantation de RBC à Paris

 

RÉALISATION

  • Val d’Europe suspend son plafond

ACOUSTIQUE

  • « Ceci n’est pas un hôpital »

 

AMÉNAGEMENT

  • Meubles Ménard en plein redéploiement

Edito

Économie circulaire : l’imagination au pouvoir

Tenu à Paris Porte de Versailles fin mars dernier, le salon Marketing Point de Vente a été l’occasion de découvrir « La Boutique », un lieu de vente dont les meubles étaient conçus et fabriqués sur mesure à partir de produits en fin de vie. Cette boutique éphémère est née de la réflexion et de la mobilisation de quatre acteurs des métiers de l’agencement (l’Ameublement français, Shop Expert Valley, la Chambre française de l’agencement, le Popai) et de Valdelia, l’éco-organisme gestionnaire de la seconde vie du mobilier professionnel. Le but était de témoigner de la viabilité économique et technique d’un modèle responsable pour l’agencement des points de vente. Une réflexion qui, bien qu’encore à ses débuts, est indispensable, et ce pas seulement pour ce qui a trait aux points de vente, mais dans tous les domaines de l’agencement : les déchets du secteur non recyclés sont encore trop nombreux. La faute, souvent, au mélange des matériaux ; un tri efficace entre fibres de bois, colle, mélamines et autres PVC, métal, etc., est loin d’être une évidence. Or, avant de procéder à ce tri, il est bien souvent possible de reconditionner et de réutiliser le mobilier. C’est donc aux entreprises de se porter garantes de cette réutilisation, bénéfique en termes de ressources et d’environnement, d’économie et d’emplois. À l’instar de Valdelia, les organismes du secteur, comme les Compagnons du Devoir, en sont de plus en plus conscients, et proposent aux professionnels un accompagnement dans cette réflexion, qu’il serait dommage d’ignorer ou de refuser. Alors, agenceurs, faites preuve d’imagination, et adoptez la vision circulaire !

Alice Heras

Rédactrice en chef