BOISmag n°187

A partir de 12,00

Effacer

Sommaire

NEWS

L’actualité de la filière, de la construction, du négoce, des équipementiers…

 

AGENDA

Événements et formations

 

NOMINATIONS ET PUBLICATIONS

 

FILIÈRE

“ Continuer comme il y a vingt ans est un non-sens ”

 

CONSTRUCTION

Le bois, l’avenir de la construction ?

 

AMÉNAGEMENT

Swiss Krono met le cap sur les investissements

 

SALON

Rendez-vous à Batimat

 

FOCUS

Les scieries investissent dans l’avenir

USNR optimise la productivité de la scierie Buffière

Cathild Industrie exporte son savoir-faire au Canada

La scierie 4.0 s’invite en Italie

 

PRODUITS

 

ANNONCES CLASSÉES

ONF : Calendrier des ventes de bois – automne 2019

 

LISTE DES NÉGOCIANTS

Edito

LA CONSTRUCTION BOIS ET LA BOULE DE CRISTAL

Alors que la construction bois a connu un beau dynamisme entre 2016 et 2018 (voir BOISmag n° 186) avec une augmentation annuelle du chiffre d’affaires de plus de 6 % pour atteindre 1,9 milliard d’euros, une récente étude du cabinet Xerfi*, qui la qualifie de « marché de niche », prédit un repli de l’activité à l’horizon 2021 ! L’embellie de ces dernières années ne serait-elle que passagère ? Allons-nous assister à une contraction durable du marché ? Et pourquoi le bois ne serait-il pas en mesure d’affirmer sa position face aux autres matériaux ?

En somme, les prédictions de cette étude sont-elles réalistes, sachant que les causes de ce repli annoncé – à savoir la suppression du PTZ dans les zones non tendues, la raréfaction du foncier aux abords des grandes métropoles, les difficultés à obtenir des permis de construire à l’approche des élections municipales – concernent évidemment les professionnels du bois, tout comme ceux du béton et de l’acier ? Pas de panique, donc. Oui, une contraction du chiffre d’affaires du marché de la construction bois est peut-être à prévoir (de l’ordre de -1,5 % par an selon l’étude), mais elle s’inscrira dans une baisse générale du chiffre d’affaire du secteur de la construction. Et c’est sans compter les gains prévisibles de parts de marché. Oui, le bois restera un marché de niche, ce qu’il est déjà aujourd’hui au même titre que l’acier face à la domination du béton. Oui, le bois est parfois plus onéreux que le béton, mais il a des atouts à faire valoir en termes de durabilité, de stockage du carbone et de rapidité de mise en oeuvre. Oui, la filière bois manque de structuration et est tapissée de TPE et de PME, ce n’est un secret pour personne, mais cela lui permet d’offrir davantage de réactivité et de souplesse pour répondre à certains marchés locaux.

Alors, soyons optimistes quant à l’avenir du bois dans la construction en poursuivant le travail de communication engagé depuis plusieurs années auprès des professionnels, des pouvoirs publics et du grand public. Pour que le bois continue à faire grandir sa niche de façon durable !

 

Adèle Cazier

 

* Le marché de la construction bois à l’horizon 2021 – Quels leviers et perspectives de croissance dans un contexte de recul des mises en chantier de logements ?

Adèle Cazier

Type de support

Numérique (pdf), Papier et numérique (pdf)